Un petit « KISS » de rentrée

 

Ξ Recul – J’aimerais avoir le recul d’un moinillon, perché au sommet d’une colline où pointent de grandes herbes, et inspirer à grandes goulées l’air pur qui m’entoure, avec une concentration si profonde que je pourrais devenir mon propre tibia.

J’aimerais rentrer de mes errances patagoniennes et avoir en vue un horizon dégagé et pur, comme un explorateur fourbu retrouvant ses pénates.

J’aimerais éviter de ressentir à mon retour parigot la sensation que je suis sur la liste noire stalinienne et que le politburo va m’envoyer aux fesses un demi-escadron de types pour m’assassiner si je ne fais pas un truc dans les délais. Ou pire : un avocat pénaliste.

J’aimerais éviter de devoir diligemment hurler « HUE !! » à mon esprit encore occupé à nager dans la rivière, cueillir des figues à même l’arbre et écrire des histoires merveilleuses pour qu’il se remette à Excel et à Slack et travaille à d’autres desseins (j’ai rien contre Slack en soi hein ça facilite grandement la vie de mes collègues et la mienne, c’est pas la techno c’est le contexte, pardon, merci les gars de Slack <3).

J’aimerais juste rester loin un peu plus longtemps au loin, que ce soit pour dire « okaeri », « plaza » ou « niña »… ou même simplement « bonsoir ».

Ξ KISS – Du coup, pour appréhender (dans le sens positif du terme, hein) cette rentrée, j’ai cherché trouvé un petit « truc » de résolution facile, résolument positif, et simplissime – ça nous enlève une belle épine du pied et ça évite de se fouetter.

Ça s’appelle la méthode « KISS » : et malgré son coté « manager agile » et « anglicisme grmbl peuvent pas parler français non ?? » ce n’est pas le « Keep it simple, stupid » ! auquel on pense de prime abord. C’est pas top de se traiter de noms d’oiseaux, déjà.

Non, là, c’est KISS pour : Keep, Improve, Start, Stop ; ça sonne tellement managérial, mais en vrai, c’est ‘achement constructif, construisant, congruant, bref ; agréable à implémenter dans la vie. Parce que c’est simple (stupid).

 

Pour moi, ça implique d’écrire plus encore avec ou sans mes flamboyants acolytes, Yohann ou Sophie (avec cette dernière, on a une surprise bientôt ! Dès que son site sera lancé… soyez à l’affût !), de reprendre le piano, de moins procrastiner (!), et de profiter de l’été indien tant qu’il reste encore des bribes de Yakari dans le ciel.

Et vous – qu’allez-vous commencer, que voudriez-vous arrêter pour avoir une belle « rentrée » ?

Soyez heureux !

— Marie G.

Partage donc ce billet avec autrui


Les commentaires sont fermés.

Lire les articles précédents :
« La vie en jeu » : nouvel article sur l’Intermède

Article d'été sur l'Intermède : allez voir Game, l'exposition qui désarticule le jeu vidéo ! A lire ci-dessous :  

Fermer