J-25 pour aider Quai de gare !

« Joséphine, regardant James qui entre en scène : Il s’appelle James…
Jean-Edouard : Bond ? James Bond ?
Joséphine : Non. Mais James est un aventurier, un mercenaire du grand air. De ville en ville, il roule sa bosse en brisant quelques cœurs. A 20 ans, il a tout fait : marin, cuistot, plongeur, pêcheur, branleur, danseur, serveur… A Birmingham,  où il est né, il a même servi des lords enchapeautés. Avant de se lasser. James-aux-poches-trouées n’a qu’un mot d’ordre : liberté !
 
Soudain, le téléphone sonne sur le quai, impérieux. »
 
 

Cet extrait provient d’un spectacle autoproduit par le collectif Dix par Être [dont je fais partie]

Quai de gare et autres histoires…

Vous voulez en savoir plus ?

Nous avons besoin d’un coup de pouce, nous avons donc ouvert un appel aux dons :
http://www.kisskissbankbank.com/quai-de-gare-et-autres-histoires.
Il y a tout un tas de contreparties en mode surprises Kinder à la clé !
 
 
Quai de gare et autres histoires entremêle le cirque contemporain, le théâtre et la musique live dans un univers sixties. Nous serons 7 sur scène, et ferons le grand Sud de la France cet été.
 
Agenda visible ici.
 
Pour achever notre création, prévue pour être fin prête au printemps, nous comptons sur vous, potentiels spectateurs de notre aventure ! Rejoignez-nous sur le quai de cette petite gare de campagne énigmatique, pour découvrir qui est le mystérieux homme au chapeau, ou pourquoi ce petit bout de femme en jaune semble lire dans les pensées des personnages…
 

Pour nous joindre et partager le projet plus facilement :
 
Nous sommes présents :
sur le web : www.dixparetre.com
sur Facebook : https://www.facebook.com/dixparetre?fref=ts
sur Twitter https://twitter.com/DixparEtre
 
N’hésitez pas à diffuser l’info, à faire de la rééééclame au tour de vous – et alors, ça va swinguer les copains !

 dixparetre_2

— Marie G.

Partage donc ce billet avec autrui


Les commentaires sont fermés.

Lire les articles précédents :
Micro-micro-trottoir de la Sacro-Sainte-Valentin

    Hier, l'Internet était momentanément farci de posts sirupeux ou de protestations virulentes. Les hommes arpentaient les rues à...

Fermer