Bienvenue chez les biobios

 

bio800

 

Bienvenue chez les biobios, à cinq ans, s’offre un lifting.
C’est l’âge mûr pour un bouquin qui, de surcroît, s’emploie à décrire une population avide de bien-être et de santé florissante, celle qui arpente à grands pas les rayons des magasins bio aux effluves douceâtres de baies de goji séchées et de savon d’Alep.

Paru en octobre 2009, alors que mon expérience dans le monde du bio était encore toute fraîche, il illustre une typologie toujours aussi actuelle, il vous suffit de descendre dans le Naturalia du coin pour le vérifier !

Mon grand bonheur sera, avec cette réédition en numérique, de posséder enfin un exemplaire de mon ouvrage parti trop vite (!) et de pouvoir encore partager mes tribulations parmi cette faune macrobiote et dégingandée.

pomme bis

 

« Pour l’instant, je peux dire que j’en suis arrivée à quatre catégories de clients.

                           1. Le puriste

Nous avons en premier lieu le puriste, aussi nommé l’extrémiste, que l’on voit s’approcher en crabe, un pot de miel à la main.

Il a le teint saumâtre et le front dégarni, mais malgré son manque de fraîcheur on devine qu’il a dû faire tourner les têtes avant de vivre dans une grotte.

Il veut savoir si le miel a été « traité -anti‑varroas* ». Si ce miel a bien été récolté en France. Et comment.

C’est tout ce que je puis dire : c’est l’apanage des puristes de nous coincer sur des questions si pointues que l’on pourrait les suspecter de sadisme. »

 * Définition incluse dans l’ouvrage, of course.

Biobios numérique

Bienvenue chez les biobios, 1,99 le kg.

— Marie G.

Partage donc ce billet avec autrui


Les commentaires sont fermés.

Lire les articles précédents :
Quel(s) cirque(s) !

Exposition En piste ! au Centre national du costume de scène, jusqu’au 5 janvier 2014. Article réalisé grâce à l'Intermède. Lire l'article sur...

Fermer